#ChooseFrance – Ô rat, Ô désespoir

Ecouter ♫ ► 

Un mot clé a fait le buzz cette semaine : #ChooseFrance !

Cette semaine, le président Emmanuel Macron a accueilli à Versailles des chefs de grandes entreprises mondiales pour le sommet #ChooseFrance. Le but louable de ce sommet est d’inciter à investir en France. Un mots-clé a été choisi pour cette grande entreprise de lobbying : #ChooseFrance ! Inutile de vous dire que Molière qui a écrit les plus belles pièces de théâtre du répertoire classique qui les a jouées dans ce fameux château de Versailles a dû se retourner dans sa fosse quand il a entendu cet # ! La même semaine, le premier ministre Edouard Philippe renonce à l’exposition universelle de 2025.

La question qui m’est venue est la suivante: Pouvons-nous choisir la France mais pas le français. Je n’ai pas de réponse. Peut-être, pour que la France rayonne à l’international, il faudrait passer au franglais.
Il y en a par contre qui ont vraiment choisi la France ! 
Ils sont venus, ils sont tous là. Les rats ont quitté les péniches et pour ne pas rester à quai ont investi eux les bas fonds de Paris. Si l’on en croit la vidéo qui a fait le buzz cette semaine montrant des centaines de rats prisonniers d’une poubelle, les rats sont en passe de devenir les plus grands touristes de Paris !

Les rats ne sont plus qu’à l’opéra.

D’aucuns disent que cette présence embarrassante pourrait coûter la réélection d’Anne Hidalgo, d’autres privilégient l’amour plutôt que la mort au rat ! Une pétition a même récolté près de 17 000 signatures pour ne pas les incinérer. Nous attendons même la prochaine tribune dans Le Monde sur le droit d’être importuné dans le métro par des rats car cela pourrait générer de belles rencontres. Déjà que certaines rames ne s’arrêtent plus dans certaines stations en raison des dealers de crack. Peut-être que ces rats qui débarquent ont envie de prendre la relève de Paul Bocuse ayant à l’esprit le génial dessin animé de Pixar Ratatouille !
Entre les rats et le #ChooseFrance il faut faire un choix. J’ai choisis de rendre hommage à Jean de la Fontaine !
Autrefois le Rat de la city
Invita le Rat des champs comme guest,
Comme un gentleman,
D’une façon so bling bling.
 
Sur un carpet de Turquie
Le couvert set up .
Je laisse à penser la life
Que firent ces deux buddies.
 
L’happy meal fut fort honnête,
Rien ne manquait a ;
Mais quelqu’un troubla la party
Pendant qu’ils étaient en plein chill .
 
A la porte de la salle
Ils entendirent uncson underground:
Le Rat de ville is out;
Son buddy le suit.
 
Le bruit est off :
Rats en campagne now;
Et le rat de Down Town de chatter :
Faisons un break
 
– C’est enough, dit le rustique ;
Demain vous viendrez dans mon living :
Ce n’est pas que je me pique
De tous vos meals de Roi ;
 
Mais rien ne vient stopper :
Je mange everything .
Bye ; c’était cool
Que la crainte peut corrompre.

Johnny

https://radionotredame.net/embed/136874/

La mort de Johnny Hallyday a donc été un événement national

Cette disparition nous sommes beaucoup à avoir du mal à nous y faire à l’idée. Beaucoup de gens ne savent plus où Smet. C’est pourtant une réalité. Une triste réalité mais « Le Fils de personne » a rejoint le Père. Les hommages de tous les bords ont afflué, déferlé de tous les côtés ! L’onde de choc était immense. Mais cet événement était bizarrement très ecclésiastique.

Un événement ecclésiastique 

Aucunement ! Comme vous le savez l’idole des jeunes avait le génie des lapalissades. Sur le Dakar où il avait fait honneur au désert, avec cette phrase désormais culte :

« Tu te rends compte que si on n’avait pas perdu une heure et quart on serait là depuis une heure et quart ».

Mais ce n’est pas tout. Une autre fois, interrogé sur ses goûts musicaux, il avait expliqué qu’il avait des goûts très ecclésiastiques ! Oui vous avez bien entendu. Pas étonnant que ses obsèques ait été vues par 16 millions de téléspectateurs !Mgr Benoist de Sinety a ouvert son homélie d’une grande profondeur en citant cette chanson :

Avec une seule poignée de terre Il a créé le monde
Et quand il eut créé la terre
Tout en faisant sa ronde
Le seigneur jugeant en somme
Qu’il manquait le minimum
Il créa la femme
Et l’amour qu’elle a donné aux hommes.

La presse chrétienne s’en est mêlée. Gérard Leclerc a fait plus d’éditos en une semaine sur Johnny Hallyday que dans toute sa grande carrière de journaliste. Jean-Pierre Denis va aller jusqu’à écrire qu’il était « notre plus grand missionnaire » ! Je suis tout à fait d’accord avec cette analyse parce que même si Johnny n’a pas vécu en (Claude) moine, qui d’autre que Johnny aurait pu offrir ses goûts ecclésiastiques à une telle échelle ? Une communion populaire mais une communion d’abord. Une communion où l’on a chanté Dieu et puis l’amour « Là où deux ou trois sont réunis en mon nom … » dit Jésus alors imaginez avec 16 millions …

Et puis il y a eu ce tweet d’Emmanuel Macron rappelant qu’on « a tous quelque chose de Johnny »…

Johnny, je l’ai vu en vrai à trois reprises. La première fois, à la Villa Molitor, j’avais 10 ans et j’étais tombé sur une Harley et son propriétaire. Ignorant tout de Johnny, j’étais plus fasciné par son bolide qu’il m’a très gentiment laissé regarder de près. Quelques années plus tard, et une culture musicale légèrement plus accrue, je l’ai revu au Champs de Mars « Allumer le feu » avec une énergie hallucinante pour ce qui  était sa première dernière tournée. La première d’une longue série. Enfin la troisième fois c’était au théâtre Edouard VII dans une pièce de Tennessee Williams « Le Paradis sur terre » et il y était éblouissant. Aujourd’hui le paradis de Johnny n’est plus scène. Pour ce qui est de la musique elle vivra, tant que vivra le Blues et depuis une semaine on est beaucoup à avoir un coup de Blues.

#PorteTaCroix par Toutatis

Une carte inexistante par Belenos … 

Effectivement, les amoureux d’Astérix et d’Obelix ont eu la surprise en découvrant le nouvel album Astérix et le transitalique de constater qu’une carte manquait ou plutôt brillait par son absence : Celle du Village gaulois irréductible entouré des fameux camps Romains : Laudanum, Babaorum, Petibonum et Aquarium.

Résultat de recherche d'images pour

Où est-elle passée par Toutatis ? L’éditeur explique que c’est un choix éditorial Puisque comme l’action se situe en Italie, l’éditeur a jugé bon de mettre une carte de l’Italie. C’est curieux, puisque tout le monde sait qu’en 50 avant JC Toute la Gaule était occupée par les Romains. Toute ? Non ? Un village d’irréductible résiste encore et toujours à l’envahisseur. Curieusement, en enlevant cette carte on a jamais autant parlé… Doit-on entrer en résistance ? Pour une Carte ? Je ne le crois pas. Ceci dit, en 2017 après Jésus-Christ ou en 2067 après Astérix, le village de Ploërmel est au cœur d’une grande polémique sur un sujet dont la France est championne olympique: la laïcité.

Après la décision du conseil d’État de faire retirer la Croix au-dessus de la statue du pape Jean-Paul II, suite à la plainte des libres penseurs du Morbihan, des dizaines de milliers #MontreTaCroix ont surgis sur les réseaux sociaux.

Le 12 février 1904, 500 Ploërmelais avaient manifesté au son du tocsin  lors de l’arrivée en train, de l’armée (1 200 hommes), venue déloger les Frères de l’école La Mennais : l’école fut cernée, mais des officiers refusèrent d’ordonner l’assaut, désobéissant aux ordres reçus ; des Frères furent contraints de s’exiler au Canada ; les religieuses furent également expulsées du couvent des Ursulines du Sacré-Cœur.

Pour revenir à Ploërmel, le fait de se braquer contre une croix et non contre la statue de Jean-Paul II (qui selon eux n’est pas un symbole religieux) à fait éclore des millions de photos sur un espace public digital qui s’appelle Twitter et où les croix ont afflué avec le hashtag #MontreTaCroix !

Une sacrée défaite pour les libres penseurs ? 

Attention ! Révélation : Je peux vous dire aujourd’hui que l’association des libres penseurs est sans aucun doute la meilleure agence de com’ de l’histoire de l’église catholique. Nous pourrions en douter, car il est vrai que pour ce groupuscule, voir une croix dans l’espace public est synonyme de calvaire. L’année dernière, j’avais débattu sur la chaîne France Info avec un membre de l’association de la libre pensée, au sujet des crèches dans l’espace public. Je lui faisais remarquer que si nous enlevions tous les symboles culturels qui sont liés au cultuel, alors il était impératif d’enlever fissa la galette des rois à l’Élysée. C’est la raison pour laquelle je pense qu’il s’agit d’une agence de com’ pour les édifices religieux dans l’espace public plutôt que pour une laïcité drastique.

En revanche ce serait une défaite pour les internautes ayant montré des croix sur leur réseau social en restent là ! Comme le disait Jean Pierre Denis dans son excellent éditorial :

« Tout chrétien se rappelle que le bois de la Passion n’est pas une bannière politique ou un marqueur idéologique, mais l’arbre vif d’un Dieu vivant. »

#MontreTaCroix c’est bien mais porte ta croix c’est mieux. Beaucoup mieux.

#BalanceTonPorc

En pleine affaire Harvey Weinstein le hashtag #BalanceTonPorc a fait surface sur les réseaux sociaux pour libérer la parole des femmes victimes d’agressions sexuelles. Historique des faits

Tout est parti de l’affaire Harvey Weinstein la semaine dernière. Des femmes ont pris la parole pour accuser à visage découvert d’agressions sexuelles et de viol le producteur américain. Puis une litanie d’actrices connues Asia Argento, Léa Seydou ou encore Gwyneth Paltrow. Notons au passage qu’Harvey Weinstein a permis de part son influence à The Artist de remporter 5 oscars. The Artist l’histoire d’une star du cinéma muet qui décide de quitter le cinéma quand le parlant arrive.

Revenons à nos moutons ou plus exactement venons en à nos porcs. Le scandale va rapidement traverser l’Atlantique quand La journaliste Sandra Muller, vendredi dernier en début d’après-midi publie ce tweet volontairement provocateur :

Résultat de recherche d'images pour
Elle a enchainé 4 heures plus tard en témoignant et en accusant l’ancien patron d’une chaîne de télévision de l’avoir harcelé sexuellement. A cet instant précis le déferlement est parti pour durer. On y lit des témoignages putrides, nauséabonds de femmes qui dénoncent sous le couvert de l’anonymat ou non des hommes qui les ont agressées en les nommant ou non. Cela a généré forcément un certain malaise …

Pourquoi un malaise si c’est l’occasion de permettre à la parole de se libérer ?

Il y a trois malaises : Le premier malaise c’est de constater à quel point les harcèlements sexuels que subissent les sentinelles de l’invisible sont quotidiens. Le deuxième malaise, comme l’a dit assez justement Raphael Enthoven, c’est que #balancetonporc met au même niveau une incivilité (forcément désagréable) et un viol (criminel). Twitter devient un tribunal qui remplace les procès.
De plus il y a l’invitation à la délation. Bruno Le Maire en a fait les frais. Interrogé par Jean Michel Apathie s’il dénoncerait une personne qu’il savait à coup sûr harceleur, il a dans un premier temps dit que non, jamais au grand jamais. Puis devant le tollé de ce qui a apparu comme de la lâcheté, il a fait une vidéo pour s’excuser, qu’il avait été mal compris et qu’évidemment il dénoncerait sans sourciller. Il était temps, parce que ça s’appelle la non assistance à personne en danger.
Pour finir en feu d’artifice, le troisième malaise nous le devons à la chroniqueuse/humoriste de France Inter Sofia Aram qui en vient à déclarer (accrochez-vous bien) que les « femmes ont été vendu aux hommes par les religieux » et ce qui fait de la religion « la plus grande entreprise de proxénétisme de l’histoire de l’humanité ». La faute à qui ? À Saint Paul forcément qui a dit que Dieu est le chef de l’homme est l’homme le chef de sa femme.
Sofia Aram exploite un hashtag qui devrait libérer les femmes pour s’enfermer un peu plus dans son ignorance religieuse.
En effet Saint Paul a bien dit que nous devions être soumis les uns aux autres.
En effet, on ne peut pas vraiment dire que l’épisode de la femme adultère soit l’apologie du sexisme.
Et la villageoise Sainte Jeanne d’Arc n’est pas précisément une femme soumise.
Certes l’homme est pêcheur, et peut très bien exploiter avec brio les écriture pour harceler une femme. D’une certaine façon, Sofia Aram aussi exploite l’écriture mais sa haine systémique de la religion fait qu’elle se trompe de cible, car je ne suis pas certain que ce qui fait que l’homme peut s’approcher du porc, c’est la lecture des évangiles. On peut chercher ailleurs une cause possible.
Les porcs (l’animal) le sont en raison des conditions dans lesquelles ils sont élevés. Ce qui engendre les attitudes obscènes de certains hommes c’est faire du pouvoir et de l’argent un maître mais cette attitude est aussi symptomatique, comme le dit la journaliste Natalia Trouiller, d’une société où les actrices du porno (pas toujours consentantes) sont glorifiées dans les médias. Comment voulez-vous que des hommes gavés à la maltraitance filmée des femmes ne finissent pas par perdre tout sens commun, s’interroge t’elle ?

En conclusion

Une statistique effroyable derrière lesquelles se cache une réalité chiffrée qui me glace : En 2016, 157 personnes sont mortes, victimes de leur conjoint, petit ami, compagnon, amant, ou ex : 123 femmes et 34 hommes. 95% des femmes qui dénoncent des faits de harcèlement sexuel à leur travail perdent leur emploi Beaucoup d’hommes se sont senti tellement visés par ce hashtag #balancetonporc qu’ils ont peut-être demandé à leur femme de devenir l’ombre de leur ombre, de leur main ou de leur chien. Que sais-je ? Plutôt que d’être excessif, commençons par ne rien faire d’inconvenant, ne pas chercher notre intérêt et ne pas s’emporter. Bref relire Saint Paul. Vous savez, ce saint vénéré par l’Église, « la plus grande entreprise de proxénétisme de l’histoire de l’humanité » [selon Sofia Aram].

 

Le CousCousClan

Le buzz de la semaine nous le devons au Front National. C’est donc un couscous qui a mis le feu au lac

 Pour expliquer le contexte, Florian Philippot, ex-vice président du FN*, a été pris en photo par un membre de son mouvement « Les patriotes » dans un restaurant de couscous de Strasbourg. L’image a été partagée sur les RS et ça été un tollé au Front National entre les deux courants (les identitaires et les souverainistes ). Les premiers s’offusquent que le Vice-président du national mange du couscous.
Résultat de recherche d'images pour

Pourquoi un tel bad buzz ?

Un buzz c’est comme un soufflé au fromage qui monte, qui monte et qui doit se manger chaud pour qu’il garde toutes ses saveurs.
Le couscousgate est un révélateur. Le FN, ce partie qui a cherché à sortir de ce moule (semoule) dans lequel il s’estimait enfermé.
Si un libre penseur mangeait une religieuse, se ferait-il conspuer ? Si un communiste mangeait un financier ? Si un lecteur de la Revue Limite se goinfrait d’un croissant  ? Les identitaires considèrent que le couscous n’est pas un plat cacher. Les souverainistes, a contrar

Comment sortir de ce bad buzz ?

Il n’y a pas de bon couscous sans boulettes.
L’assistante de Florian Philippot au Parlement européen. Nice n’était pas encore français que l’Algérie l’était déjà, plaide Amélie de la Rochère, le couscous est donc français depuis plus longtemps que la pissaladière ».
« Le couscous a été amené en France par les pieds-noirs, ça parlera à certains ». Florian Philippot
Nous pouvons apprécier la situation intenable du FN qui pour ne pas perdre la face et un électorat historique, se voit obligé de naturaliser le couscous.
Et en même temps c’est une pirouette pratique. Puisque si on considère que le couscous est français, alors le Jazz est français puisqu’il vient de la Nouvelle Orleans, donc de la Louisiane et comme la Louisiane était française, le jazz est donc français. On peut aller très loin. Le seul problème avec cette vue de l’esprit c’est que dans ce cas les allemands pourrait considérer que la choucroute est à eux …
Sophie Montel :
« Le #couscousgate montre que notre famille politique a encore beaucoup à faire avant la victoire. Merci à ceux qui ont refusé l’obscurantisme. »
Donc manger du couscous permet de refuser l’obscurantisme.

Solférino : À vendre !

Ecoutez ► 

Depuis mercredi 21 juin la vie politique française est sans dessus-dessous

Hier matin, François Bayrou dont je posais la question de son avenir même la semaine dernière a expliqué qu’il souhaitait quitter le gouvernement. Il a précisé que ce n’était en rien une démission mais un choix de liberté.
Sans doute sera t’il plus utile au gouvernement depuis sa mairie de Pau que depuis la Place Vendôme !
Exit aussi Sylvie Goulard, ministre des armées et Marielle de Sarnez ministre des affaires européennes. Cette dernière quitte le gouvernement où elle a pu faire ses preuves plus pour les affaires que pour l’Europe, mais dirigera avec joie le groupe MoDem au palais Bourbon.
L’après-midi le groupe Les Républicains s’est disloqué en deux groupes sous l’impulsion de Thierry Solère qui en pleine canicule a jeté un froid à droite en décidant de créer un groupe appelé : Les Républicains constructifs, UDI et indépendants. C’est bien connu, à droite même en pleine fête de la musique, l’harmonie c’est pour les autres. Peut-être qu’au lieu de créer deux groupes Les Républicains auraient pu installer des paravents comme le suggère la nouvelle député de la huitième circonscription de Lyon Anissa Khedher, pour tous ceux qui se sentent en sureffectif. Ce qui est valable pour l’éducation nationale peux l’être aussi pour la basse assemblée.
Et enfin le soir, le nouveau gouvernement a été nommé concluant ainsi une folle journée politique. *
Une annonce du Boncoin propose de rénover Solférino.

Le Parti socialiste quant à lui voudrait vendre son siège du 10 rue de Solférino. Historique ?

Après s’être fait marcher dessus aux dernières élections, les socialistes canal historique vont peut-être devoir se séparer de leur siège de la rue de Solférino. Pour l’instant, cette option n’est pas encore arrêtée, il n’y a pas encore de promesse de vente, mais pour renflouer les caisses il devra passer par là et se trouver un nouveau premier secrétaire.
Samedi 24 juin, nous commémorerons la bataille de Solférino qui a commencé il y a 158 ans le 24 juin 1859 et dont il ne reste plus que 29 survivants (députés socialistes). Un Parti laminé par celui d’un ancien banquier devenu Président de la république. Allez savoir pourquoi un ancien locataire de la rue de Solférino reconverti en conseiller en com’ pour les tournois de foot de Corrèze expliquait en 20112 que son ennemi c’est … la finance.

https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FCornilfjep%2Fvideos%2F10155708047625695%2F&show_text=0&width=222

Alors si parmi mes lecteurs certains sont intéressés pour se porter acquéreur du 10 rue de Solférino dans le 7e arrondissement de Paris, sachez qu’il vous faudra débourser la somme modique de 50M d’euros. C’est une estimation mais comme vous le savez François Mitterrand avait déclaré en son temps qu’après lui il n’y aura que des comptables, le problème pour le PS c’est que personne ne s’estime être comptable de la situation.
*Contrairement à ce qu’a indiqué le secrétaire générale de l’Elysée, Laura Flessel reste bien ministre des sports

Les trois Bayrou

Réécoutez ​

Le coup de fil de François Bayrou a un journaliste de Radio France fait polémique depuis quelques jours mais j’ai décidé de prendre sa défense. Explications

J’ai voulu prendre la défense de l’homme privé, du citoyen et du ministre de la justice et garde des sceaux François Bayrou. Vous allez me dire que c’est un peu téméraire comme opération mais sa situation l’exige. Oui vous l’avez compris, il existe trois François Bayrou et ce n’est pas moi qui le dit mais lui-même ou peut-être eux-mêmes c’est difficile à savoir et c’est la raison pour laquelle j’ai décidé de prendre sa défense, dussé-je être sur écoute.
Alors oui, François Bayrou à trois casquettes. Il y a donc François Bayrou l’homme privé, le François Bayrou qui par sa fonction de Garde des Sceaux en fait un François Bayrou homme public et enfin le troisième François Bayrou citoyen. Ces trois casquettes coexistent ou qui cohabitent (chacun se fera son avis) dans la plus parfaite indépendance, et c’est François Bayrou, garde des sceaux et ministre de la justice qui le garanti. En revanche le François Bayrou citoyen lui n’est pas ministre de la justice et peut donc tout à fait appeler un journaliste quand ce dernier à l’outrecuidance d’enquêter avec un poil trop de ténacité sur des soupçons d’emplois fictifs dont aurait bénéficier le MoDem. Tout cela je le dis au conditionnel parce que comme vous le savez c’est à la justice de faire son travail. Enfin il y a le François Bayrou citoyen qui a pour vocation de dénoncer, de vitupérer, ou de condamner les pratiques les plus indignes de la Ve République pour la moraliser. Reste à savoir si la guerre entre les trois aura ou n’aura pas lieu.

Quelles sont les avantages/ inconvénients d’avoir trois casquettes ?

Jean-Pierre Chevènement disait qu’un ministre ferme sa gueule ou démissionne. L’avantage de Bayrou citoyen est qu’il peut l’ouvrir sans que François Bayrou ministre n’ait à démissionner.
bosch-jardin_des_delices-1504
En fait c’est surtout sa manière à lui d’être un peu un triptyque de Jérôme Bosh et son jardin des délices c’est la politique. pour l’instant ce qu’il a le plus planté, c’est sa communication de crise.

Un rapport avec le bac philo qui commence aujourd’hui ?

L’année dernière le sujet de Philo pour la série ES était : Savons-nous toujours ce que nous désirons. Est ce que François Bayrou sait ce que les autres François Bayrou désirent ? Le François Bayrou citoyen rêve de rester ministre mais le François Bayrou lui veut conserver sa place ! Le Bayrou homme privé, le maire de Pau est quant à lui très à fleur de peau.

Existe t’il un point commun entre Roland Garros et les législatives ?

Existe t’il un point commun entre Roland Garros et les législatives ?

C’est la question qui tracasse, qui tourmente, qui tarabuste même la terre entière. Existe t’il un point commun entre les internationaux de France de Roland-Garros et les élections législatives. A priori aucun ! Et pourtant en cherchant bien, on constate que les points communs sont nombreux. D’une part, dans les élections législatives il y a deux tours. Un peu comme les français à Roland Garros. Au-delà de deux tours leur participation est quand même beaucoup plus faiblarde, hormis pour les ramasseurs de balles qui pour leur part sont depuis 1983 et la victoire de Yannick Noah la meilleure chance française en deuxième semaine. Dimanche, nous allons enfin savoir quelle partie va connaître le plus gros revers. Est-ce que le Parti socialiste sera plus battu que la terre ocre du cours Philippe Chatrier ? Est-ce que l’avenir des Republicains sera aussi menacé que les serres d’Auteuil ? Est-ce que si Jean-Luc Mélenchon n’est pas élu dès le premier tour à Marseille il fera appel à la vidéo ? Toutes ces questions sont en suspens et dimanche nous en saurons plus sur l’issue de cette élection primordiale. 

Dans le fond, qu’attendent les français de ces élections législatives ?

Comme à Roland Garros, il espèrent être représenté par des personnes qui seront au service ou plutôt à leur service. Cependant, aujourd’hui et on l’a vu tout récemment avec l’affaire Ferrand, être député ne supporte pas la moindre faute et encore plus une double faute. Bref que cette élection soit un échange sans filet, un débat qui vol haut, un peu comme la Demoiselle, l’avion de Roland Garros, qui lui volait à hauteur d’un nid de coucou quand le tennis français est lui six pieds sous terre à force d’être aussi battu. 
Comment expliquer une telle déconvenue ? 

Les tennismen français sont très bons, mais actuellement sur la planète tennis il y a quatre rapaces qui se partagent entre eux les grands chelems depuis 15 ans. Federer, Nadal, Djokovic et Murray sont aussi conscient d’un mal français qui s’appelle la peur de gagner. Finalement ces quatre immenses champions en ne laissant aucunes chances (pour l’instant) aux joueurs français respectent cette tradition bien de chez nous.  La terre battue n’est plus vraiment notre surface de prédilection. Peut-être devrions-nous faire un tournois de tennis sur une autre planète parce que là avec Thomas Pesquet on gagnerait à coup sûr ! Mais bon, comme l’a dit Emmanuel Macron, il n’y a pas de planète B et il faut rendre notre planète Great Again mais ça ne se fait pas en un coup de raquette. 

Les nouveaux mots du dico

 

Réécoutez ►

La langue française fait l’actualité

Chaque année nous y avons le droit, les nouveaux mots du Robert. Et cette année ils sont au nombre de 150 à venir orner le dictionnaire. Permettez-moi une petite digression, en rappelant que normalement un dictionnaire comprend un mot et une définition mais depuis 48h le président américain Donald Trump tient en haleine la planète entière avec un mot orphelin de sa définition « Covfefe » qu’il a écrit dans un tweet. Ils sont venus ils sont tous là et même du sud de l’Italie, avec le mot ciabatta qui est sorti de son pétrin pour faire son entrée dans le dico ; le cromesqui venu de Pologne, ou encore le terme uberisation qui vient imprimer sa marque ! Notons enfin que dans la catégorie nom propre, Véronique Sanson a fait une entrée fracassante dans Robert. Pardon. Dans LE Rober.

Le dictionnaire doit coller à l’air du temps

 C’est son but affiché. Mais de mon point de vue, à l’heure où les petits Français lisent et écrivent comme des vaches espagnoles, alors que la mafia des locutions comme « ils croivent », « des fois », « malgré que » etc … envahissent les récréations, force est de constater que les nouveaux mots qui enrichissent notre dictionnaire annuellement ne fait pas beaucoup avancer le niveau de français chez … les français. En réalité, pour que le dictionnaire soit dans l’air du temps, il devrait contenir des fautes d’orthographe.

La langue française demeure une langue difficile d’accès ?

C’est une évidence. L’accord du participe passé avec le verbe avoir a du sang sur les mains. Pour la petite histoire, Voltaire disait :

« Clément Marot a ramené deux choses d’Italie : la vérole et l’accord du participe passé… Je pense que c’est le deuxième qui a fait le plus de ravages ! « 

Alors oui la langue française est compliquée, mais c’est de notre responsabilité dans un premier temps de la chérir, de l’embellir, de la communiquer en France et à l’étranger pour enfin la faire aimer. Je l’écris avec humilité parce que j’ai encore des efforts à faire, mais comme le dit le génial magicien Bebel :

« Quand l’effort est fait, l’effet est fort ».

Enfin dans un deuxième temps nous pourrons y ajouter des mots venus de l’étranger ou pourquoi pas mélanger deux mots déjà existants et ce serait degueulicieux. Ce mot n’existe pas encore, mais qui sait peut-être qu’un jour il aura sa définition, et remplacera le mot djihadisme qui a fait son entrée dans le dictionnaire en 2017 et malheureusement pas uniquement dans le dictionnaire.

Comment foirer un hommage ?

Écouter ► 

Pas facile de faire une Carte Blanche quand l’actualité est dramatique

 C’est même excessivement difficile particulièrement cette semaine. Quand l’actualité est marquée par un attentat comme celui de Manchester, il est impossible d’expliquer la lâcheté par des mots. D’une certaine façon, quand les maux abondent les mots nous manquent. Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, afin que les mots en viennent aisément. C’est donner beaucoup de pouvoir aux mots capable tantôt de consoler, tantôt faire rire, tantôt laissez … coi !

Comme Donald Trump à Yad Vashem …

 Donald Trump vient de visiter le mémorial Yad Vashem et écrit sur le livre d’or
« C’est un grand honneur d’être ici avec tous mes amis. Tellement incroyable, je n’oublierai jamais ! » (sic) !
Là-dessus, tout le monde s’est interrogé sur la véracité de ce message d’une très grande vacuité pour ne pas dire d’un décalage abyssale entre la pesanteur de ce lieu de mémoire et l’l’inanité de son massage. Et pourtant non ! C’était bien de Donald Trump. C’était bien du Donald Trump. Le 45e président des États-Unis d’Amérique. Alors c’est vrai que son message sur le livre d’or de Yad Vashem est consternant quand on le compare avec celui de Barack Obama. Mais écrire un discours comme celui de Jean-Paul 2 est totalement impossible pour Donald Trump.
trump_yad_vashem

Pourquoi ?

Donald Trump est un homme d’affaire et la littérature c’est pas vraiment son truc et surtout il faut que son message fasse moins de 140 caractères pour tenir dans un tweet. Il faut savoir que le compte Twitter du président américain a plus de pouvoir que son administration et le FBI réunis. Pour ma part, je trouve qu’on lui fait un mauvais procès à Donald Trump. C’est vrai qu’il est fragilisé en ce moment pour les scandales avec le FBI et aussi pour sa position très dure avec les latinos, mais de vous à moi il y a bien pire en France avec Richard Ferrand, ministre de la solidarité entre les territoires qui a légèrement dénigré les bretons ! En effet, il aurait estimé qu’en Centre-Bretagne trouver un jeune, volontaire, pour travailler cinq mois, qui sait lire et écrire correctement, aller sur internet … c’est une tannée. Il a été contraint de choisir son fils qui était au chômage mais qui avait pour avantage de ne pas être breton. C’est certain que les bretons sont plus menhirs qu’internet. La cité des télécoms de Pleumeur-Bodou (22) ne sert qu’à décorer. Pour la cohésion des territoires on a fait mieux. En élément de langage aussi. Même s’il s’est rétracté c’était trop tard.
Pour conclure les mots ont un sens. Il y en a des 1000 et des cents, mais n’oublions pas que parfois se faire est le meilleur des discours pour ne pas paraître indécent !