Benzema, le Boris Vian du football français

Karim Benzema, une fois n’est pas coutume, à fait parler de lui cette semaine dans une interview dans l’édition espagnole de Vanity Fair.

Il fait parler et c’est pas avec cette interview que sa cote va remonter dans le cœur des français. Autant cette saison il est plus muet que Jean Dujardin dans The Artist avec seulement 5 buts pour 8 passes décisives – ce qui est un comble pour un attaquant de sa classe- autant il est un domaine où il ne rate jamais le cadre : les déclarations sans queue ni tête.
Interrogé sur les raisons pour lesquelles il n’est pas retenu dans la liste de Didier Deschamps, il affirme que c’est pour des raisons politiques. Il fait allusion à la déclaration de Manuel Valls qui l’invitait à être exemplaire.
Il assure ne vouloir rien faire pour convaincre Deschamps de le reprendre dans le groupe. Pour l’instant sur le terrain il fait tout ce qu’il faut pour ne pas l’être. En fait Benzema c’est le Boris Vian du football français.

Le Boris Vian du football français

 Quand on lui demande ses raisons qui le conduisent à ne pas chanter La Marseillaise il apporte cette réponse lunaire :
« Si vous écoutez bien, La Marseillaise appelle à faire la guerre. Et ça, ça ne me plait pas »
À l’écouter Le Déserteur devrait être l’hymne nationale. Certes, La Marseillaise n’est pas la chanson la plus peace and love du répertoire musicale français mais en même temps quand tout le stade de Wemblay reprenait La Marseillaise après les attentats du 13 novembre ce chant patriotique avait aussi valeur de solidarité et d’universalité.
Il n’aura pas l’occasion de la chanter cette été en Russie.

Benzema : une chance ou un boulet pour l’équipe de France ?

Paradoxalement l’attitude de Karim Benzema est aussi une chance pour les bleus. Cela montre que même un surdoué du football ayant des qualités au-dessus de la moyenne n’a pas tous les droits. En son temps, Aimé Jacquet s’était passé de Cantona et de Ginola pour faire confiance à des joueurs prometteurs mais sans grande expérience. Ils s’appelaient Zinedine Zidane, Thierry Henry et David Trezeguet.
La suite on la connaît…

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s