L’oxymore : le 10e art

Réécoutez ▼
Commençons par une … figure de style ?
Nouveau président, nouveau quinquennat, nouveau premier ministre, nouveau gouvernement, nouvelle figure de style.
Vous avez aimé l’anaphore « Moi president  » ? Vous allez adorer l’oxymore à la sauce normande, que l’on doit au nouveau premier ministre Edouard Philippe. Ce dernier lors de la passation de pouvoir à Matignon a déclaré être, en bon normand, radicalement modéré mais avec un esprit de conquête. Radicalement modéré.
Dans un pays comme la France qui est si clivé il faut savoir ajouter dans son discours, et avec parcimonie, des oxymores. L’anaphore interminable de François Hollande « Moi président » avait pour but de convaincre mais son quinquennat a servi à ses adversaires de contredire toutes les itérations de son anaphore. En revanche, l’oxymore d’Edouard Philippe a pour vocation de rassurer sur la conception de l’exercice du pouvoir. C’est même une mise en abîme.
C’est une astuce redoutable cet oxymore ?
Le tout, est de trouver son oxymore. Par exemple Jean-Luc Mélenchon n’est pas vraiment dans la radicale modération, mais il n’est pas pour autant dans l’insoumission domicile, ni dans la fureur douce. Le FN, LR et PS de trouvent plus dans une berezina de conquête.
C’est une astuce redoutablement efficace quand elle est utilisée intelligemment. Étant d’une radicale modération, Edouard Philippe pourra tantôt être radicale et tantôt être modéré. Habile Bill ! Après la modération radicale on pourrait croire à première vue que c’est de la tiédeur mais il sera intéressant de voir comment va t’elle s’appliquer dans ce gouvernement.
Alors ce gouvernement va t’il réussir à être radicalement modéré ?
Cela peut avoir tout l’air d’être une gageure mais en cherchant bien, il est envisageable d’imaginer que Agnès Buzyn, la nouvelle ministre de la santé, propose à ses concitoyens de consommer de l’alcool avec une radicale modération. En revanche si la guêpe Laura Flessel, ministre des sports, veut convaincre le CIO de donner les jeux à Paris, elle devra laisser au vestiaire la radicale modération. Si Gérard Collomb, le nouveau ministre de l’intérieur veut mettre fin aux agissements des jeunes qui se radicalisent sans modération le combat ne pourra pas être modéré mais sans merci. Si Jean-Michel Blanquer, le nouveau ministre de l’éducation veut mettre fin au décrochage scolaire il devra laisser à la récréé la radicale modération. Ainsi va pour tous les autres ministres. J’en arrête là avec les oxymores et les anaphores, j’espère que ce gouvernement ne sera pas dans la figure de style mais dans l’action mais dans une action où les résultats seront radicalement immodérés, et ne leur en voudra pas de tendre vers l’hyperbole !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s