Carte blanche 8/09/2016

Le chanteur Renaud chantait en 1991 dans sa chanson Le Tango des élus « Ni dieu ni maître ! » … c’était en quelque sorte son credo. Mais ça c’était il y a 25 ans. Aujourd’hui, on va finir par croire que Renaud en a plein le dos de Jésus au point de se faire tatouer dans le dos une représentation du Christ, façon « Ecce Homo » avec comme inscription : « Comme lui j’ai aimé, comme lui j’ai souffert ». Sans dec’ !

Il est évident que c’est surprenant d’entendre de la part de Renaud, qui se considère/considérait comme agnostique, ancien chroniqueur à Charlie Hebdo un tel témoignage et une identification au fils de Dieu. Pourtant quand on connaît le personnage, il est évident qu’il a souffert et pas seulement à cause des aiguilles qui lui ont dessinées ce tatouage dans le dos. Sa vie a été un Boucan d’enfer car avant de se faire tatouer l’artiste engagé été lui-même rongé par des maux intérieurs qu’il a pu mettre en musique. Dalida disait que la douleur est le terreau de l’artiste et elle sait de quoi elle parlait, elle qui était toujours à fleur de peau.

N’y allons pas voir un attrait soudain pour la religion. Interrogé, il affirme que « Se tatouer le Christ n’est pas une question de religion ». Heureusement d’ailleurs que ce n’est pas le cas, sinon il aurait été contraint de le retirer pour aller à la plage.  Inutile de vous dire que ce tatouage n’a pas plu à tout le monde et a suscité des réactions épidermiques. Certains qui l’ont connu dans sa période anarchiste sont plus blêmes que son fameux HLM en le voyant passer politiquement de Tonton à Fillon pour l’élection présidentielle de l’année prochaine.

Ils préféreraient que le chanteur se taise et marche à l’ombre mais ce dernier explique que se faire tatouer le Christ est « un acte d’amour pour [ses] frères humains ». C’est vrai que ça parait un peu alambiqué comme explication, quoi qu’il en soit Renaud replace le Christ au centre de l’actualité. Car pour beaucoup Jésus est un hippie, surement communiste qui a dit qu’aimer c’est bien. Renaud, qui n’est pas du tout un exégète nous rappelle que le Christ a souffert et aimé.
Finalement être provocateur, c’est afficher ouvertement ce qui est caché quitte à se mettre tout le monde à dos !

Retrouvez la chronique sur Radio Notre Dame :

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s